Dansons
Ensemble !

Pourquoi choisir le Centre Chorégraphique James Carlès ?
–   Se développer
–   Prendre soin de soi
–   Se sociabiliser
–   Se professionnaliser
–   Se cultiver

Le Centre Chorégraphique James Carlès, pour qui ?
–   Danseurs amateurs et professionnels de tout âge et de tout niveau, professeurs, chorégraphes, interprètes.
–   Tous ceux et celles qui veulent perfectionner leur niveau technique et théorique en danse.
–   Tous ceux et celles qui veulent améliorer leurs connaissances : chercheurs, universitaires, étudiants, enseignants.
–    Les artistes qui veulent croiser leur pratique à une autre.
–    Tous ceux et celles qui souhaitent prendre soin de leur corps.

notre vision

Notre histoire

1989
1992
1998
1999
2000
2004
2007
2008
2013
2016
2020
1989
Création
Création par James Carlès de l’ACA (Arts et Cultures d’Afrique) : collecte et exposition d’œuvres d’arts traditionnels d’Afrique centrale (Cameroun, pays Bamiléké), expositions dans de nombreuses municipalités du sud de la France. Par le biais de l’ACA, James Carlès signe sa première création chorégraphique avec sa Compagnie éponyme. Megi (le chemin) marque ainsi le point de départ de son engagement dans la danse : tenter de concilier les danses, les rythmes et la philosophie africaine avec les techniques et les cadres de pensée occidentaux. Sa compagnie a pour ambition de fusionner danse moderne et danses d’Afrique. Dès 1989, cette nouvelle création s’insérant dans le courant Etats-Unien de la Neo African Modern Dance connait un franc succès en France et en Europe.                        >>>
1992
ÉVOLUTION
Évolution de la structure qui devient APCA. L’Association pour la Promotion de la Culture et des Arts porte un projet culturel et artistique atypique au service de l’intérêt général. Elle développe des activités de création et de répertoire, de formation, de diffusion des expressions chorégraphiques, de recherche, de documentation et de sensibilisation aux pratiques chorégraphiques.                       >>>
1998
Structuration
Le projet associatif de l’APCA qui porte des projets de création se déploie avec l’ouverture du Centre de danse ICART – Institut pour la Chorégraphie et les Arts de Toulouse, porté par la SARL La danseuse. Ce nouveau centre s’ouvre en plein centre de Toulouse, au 51bis rue des amidonniers. Contrairement aux centres de danse habituels, ICART est également un centre de remise en forme, offrant la possibilité d’accéder librement aux cours de son choix grâce à un système d’abonnement original, tout en proposant un large éventail d’activités chorégraphiques, de la danse classique à la danse occitane. Ce centre est créé pour un public adulte, autour de 19 disciplines différentes et 16 professeurs.                       >>>
1999
Consolidation
L’APCA consolide sa mission de création et de diffusion avec la première édition du festival « Danse à Toulouse », qui se veut une valorisation des danses sociales. Axes de la programmation : diversité et mixité des expressions populaires. Liste non exhaustive des artistes invités : Marie-Claude Pietragalla, Carolyn Carlson, Cie Alvin Ailey II, Cie Georges Momboye, Bill T Jones, Elsa Wolliaston, Ingebord Liptay, Germaine Acogny, Cie Prejlocaj, etc. Est programmée également la création du solo Cahier de retour par et pour James Carlès, commande pour le Festival « Les Chroniques » de Odyssud Blagnac. Le Centre ICART se transforme en Centre James Carlès. Pour l’anecdote : en cours de saison 1998, alors que les campagnes de communication sont lancées partout dans la ville de Toulouse, une surprise tombe : ICART est une marque déposée, que les conseillers juridiques d’ICART n’avaient alors pas vue. Pour ne pas perdre la charte graphique déjà établie, Icart se transforme en J.Carlès, car la police est assez similaire. C’est ainsi qu’est né le centre de danse J. Carlès.                       >>>
2000
Développement
Le centre de danse se développe et ouvre des cours pour enfants. Est créée en parallèle la Formation Professionnelle, un parcours transdisciplinaire et transculturel pour former les artistes et personnes à un haut niveau technique et théorique. La formation s’articule autour de cours de danse classique, jazz, contemporaine, urbaine, afro et forme aux métiers de la danse par des cours de culture chorégraphique, théoriques, régie son et lumières, maquillage, costumes, diététique, droit du spectacle vivant et préparation physique. L’APCA porte 6 nouvelles créations.                        >>>
2004
Instutionalisation
La Cie James Carlès reçoit le soutien de la DRAC Midi-Pyrénées, de la Ville de Toulouse, du département de Haute-Garonne, de la région Midi-Pyrénées, de la Direction Régionale de la Jeunesse, du Sport et de la Cohésion Sociale (ex ACSE), du Consulat des Etats-Unis à Toulouse et du Centre National de la Danse (CND) à Pantin, avec les solos Opus 05, Opus 06, Opus 07, qui reçoivent un excellent accueil tant des professionnels que des critiques spécialisés et vont tourner en Afrique, en Europe, aux Caraïbes et aux Etats-Unis.                        >>>
2007
Déploiement
Opus 05 est élu parmi les 10 meilleurs solos français par le magazine Danser. Opus 07 est comparé aux œuvres de Merce Cunningham et Andy Wharol par le Kultur Haus de la Ville d’Insbruck (Autriche) et la critique Sonia Schoonjeans du magazine européen Les saisons de la danse. A la suite du voyage au Centre International des Danses Traditionnelles et Contemporaines Africaines au Sénégal chez Germaine Acogny, où se tient la première rencontre internationale des danses Afrique et diaspora financée par le Prince Klauss du Pays-Bas, James Carlès est marqué par cette rencontre avec des danseurs afro-descendants de tous les continents. Le festival « Danse à Toulouse » devient ainsi le festival « Danses et Continents Noirs » avec Germaine Acogny comme marraine, et s’ouvre à de nouveaux axes de travail avec des séminaires, conférences, recherches, tables rondes, colloques, mais aussi la réalisation de films documentaires sur la danse. Il fédère sur un même espace-temps les différents publics, les différentes pratiques et écritures de la danse. Axes de la programmation : mémoires et patrimoines des créateurs de la diaspora Africaine, visibilité et valorisation des danses noires en France et en Europe.                        >>>
2008
Enracinement
Création de l’association DMP (Danses, Mémoire(s) et Patrimoine) qui développe ses activités autour de la circulation, recherche, conservation, diffusion des patrimoines des Afro-descendants et des danses sociales en Occident, afin de regrouper tous les documents de recherche accumulés depuis 1986, et destinés à être partagés avec d’autres chercheurs et étudiants du Centre James Carlès. DMP gère un centre de documentation, qui avec ses plus de 5500 ouvrages imprimés, plusieurs milliers de documents numériques, est le plus important en région et probablement l'un des plus importants en France de par sa richesse et sa diversité en ce qui concerne les productions chorégraphiques ainsi que les corpus artistiques associés aux Afro-descendants en occident du XXIème siècle à nos jours.                       >>>
2013
Habilitation
La Formation Professionnelle est reconnue par le Ministère de l’Education et le Centre de Danse devient habilité par l’Etat.                        >>>
2016
Affirmation
Le Centre de Danse se transforme pour devenir le Centre Chorégraphique James Carlès. La Compagnie James Carlès devient la Cie James Carlès Danse & Co. Ces transformations marquent un tournant capital concernant le projet artistique et pédagogique de James Carlès. Elles matérialisent une posture d’affirmation du projet artistique et revendiquent la recherche d’une pleine autonomie et d’une émancipation vis-à-vis des catégories préexistantes. Avec l’affirmation du socle danseur comme fondation, le rejet des catégorisations, une identité artistique approfondie, une réflexion sur les modes de production artistique, mode de production sous forme de collectif d’artistes et de penseurs, la formalisation et la présentation au grand public de deux méthodes à fortes identités : le RESET© et la James Carlès Dance Methodology©, l’affirmation d’une inscription diachronique, ancrage local et développement à l’international à travers de nouveaux projets en Amérique du Sud, en Asie et dans le Pacifique.                        >>>
2020
Fusion & Essaimage
Les trois structures administratives (APCA, DMP et SARL) sont intégrées à un seul et même projet artistique, pédagogique et politique, porté pour la première fois par une seule et même équipe. La SARL La Danseuse devient la SAS THE PATHS (Performing Arts - Therapies Holistic -Sports) en affirmant ainsi sa vocation holistique. L’enseignement et la pratique de la danse au Centre Chorégraphique James Carlès intègrent la notion de santé, de bien-être, de développement personnel et l’augmentation des performances physiques et intellectuelles, qui doivent être prises en compte de façon plus explicite dans la formation du danseur et de la personne ; mais aussi tout ce qui vient nourrir les arts de la scène. La danse retrouve ainsi son identité hybride et polysémique. Aujourd’hui le Centre Chorégraphique James Carlès c’est : - 1500 élèves en Pratique Amateur - 120 étudiants en Formation Professionnelle - 2000 stagiaires - Un réseau partenarial international conséquent - 40 artistes enseignants permanents - 160 artistes invités par an - 6.000.000 de personnes touchées par an via les réseaux sociaux. Ce projet est unique en France et en Europe. C'est l'une des plus importantes structures de ce genre en France et qui est de droit privé.

notre méthode

James Carlès Dance Methodology & R.E.S.E.T

Méthodes de développement du danseur et de la personne

Nos locaux

Un centre dédié
à la pratique de la danse et du corps

– 4 studios permanents, de 140m2 à 170m2
– vestaires, douches et sanitaires séparés hommes et femmes
– espace cafétéria
– une salle de cours théoriques
– un centre de documentation
– 4 salles annexes dans le quartier pour nos évènements (Gymnase 800m2, Bungalow 120 m2, Salle MAC Chapou 300 m2, Ecole élémentaire des amidonniers 140 m2).

L'équipe

pôles

Ecole
de danse

Un centre pluridisciplinaires,
20 disciplines, pour tous les niveaux et encadrés par plus de 30 professeurs diplômés ou certifiés, et qui ont une grande expérience de la scène professionnelle.

Formation professionnelle

5 actions de formation : danseur, interprète, chorégraphe, professeur de danse et laboratoire encadrés par plus de 20 professeurs ou artistes et intervenants très expérimentés.

Stages
& Masterclass

Plus de 80 intervenants et artistes internationaux ou maîtres de danses invités tout au long de l’année

compagnies
James Carlès danse & co Junior ballet Toulouse Occitanie

Compagnie James Carlès Danse & Co : créations chorégraphiques de James Carlès et des artistes associés ; reconnues et conventionnées par les institutions publiques, en partenariat avec les centres universitaires, pôles de diffusion et de recherche internationaux, développe depuis 1989 les activités de recherche, reconstruction et diffusion du répertoire de la danse moderne et contemporaine, tout particulièrement celle des afro-descendants en Occident.

Junior Ballet Toulouse Occitanie constitué de danseurs en voie de professionnalisation, de concert avec les institutions culturelles locales s’est spécialisé dans l’Éducation Artistique au travers de reprises de répertoire de la Cie James Carlès Danse & Co et de créations de jeunes auteurs et artistes de la région Occitanie.

Festival
Danses et contients noirs

Le Festival Danses et Continents Noirs est conçu comme lieu de valorisation du patrimoine chorégraphique transmoderne avec un fort prisme sur le patrimoine des afro-descendants en Occident. Il a donc pour mission de diffuser par tous les moyens les créations et répertoires des artistes du patrimoine chorégraphique ainsi que les émergents. Le festival est co-porté par un Consortium universitaire international et travaille sous deux concepts : Africana (lire et analyser les phénomènes mondiaux à partir des concepts philosophiques issus de l’Afrique et de sa diaspora) et la décolonialité (lire et déconstruire les phénomènes de domination qui peuvent s’opérer entre classes, races, genres et sexes).

Transmissions

La Compagnie James Carlès Danse & Co intervient dans le monde entier dans d’importants festivals, lieux artistiques et universitaires pour des actions d’éducation artistique, pour des projets très souvent de grande envergure à destination de tous les publics. 
Le Junior Ballet Toulouse Occitanie intervient prioritairement sur le territoire occitan pour des actions d’Éducation Artistique, de médiation ou de politique de la ville.

recherche
Et patrimoine

Partenariats universitaires : les activités pensées et développées par James Carlès ont permis de développer des liens forts et productifs avec des équipes de recherches universitaires en France et à l’étranger : universités Toulouse II et III, Institut Catholique de Toulouse, Sciences Po Toulouse, INSA Toulouse, université Abdu Moumouni de Niamey (Niger), Duke University (USA), université de Bahia (Brésil), etc.

Ces liens ont permis d’éditer articles, supports numériques et digitaux, ou d’organiser des temps forts à destination de publics divers et variés.